vendredi 6 mai 2011

De plus en plus souvent, elle lui échappait. Elle s'enfuyait dans ses silences, ses absences, ses rêveries. Dans ses moments là, il lui arrivait de se dire qu'il avait sans doute un adversaire, un homme invisible tapi dans les coins d'ombre d'un passé sur lequel il n'avait jamais posé de question







"Je ne comprends pas qu’on puisse faire le mal. Pas à des yeux pareils.Il faudrait être fou, sans esprit, à côté de ses pompes( j’oserai dire!) pour voir des larmes couler de ces perles et prendre un malin plaisir à ce que ça dure..dure..dure. Les hommes sont abominables, ils ne savent pas aimer les femmes qu’on leur donne. Voyez le nombre d’anges seules que l’on croise chaque jour. Je suis médecin moi vous savez et si j’apostrophe l’une d’entre elles pour connaître la cause de son malheur, la cause de l’aigreur que je vois dans ses yeux, elles me répondent toutes la même chose: les hommes, certains infidèles, certains violents, certains absents…les hommes. Ne laisse pas tes yeux se noircirent, ni ton visage en pâtir. Je ne veux pas avoir à soigner tes blessures, ton sourire est si beau, tes yeux si profonds. Ne jette pas ma lettre Hele, elle te servira, je veux qu’à chaque peine causée par un jeune homme qui te fera croire en la beauté des étoiles, tu la relises car la force de l’âge surpasse la force des cons. Ne donne jamais à outrance, les hommes sont des enfoirés, je suis un enfoiré! mais à la différence des autres j’ai l’honnêteté de le dire à chaque femme à qui je fais l’amour. La jeunesse est impitoyable, ton garçon regrettera, je le sais, ce n’est qu’un homme, je ne suis qu’un homme! Nous ne savons pas choisir et lorsqu’il nous vient un éclair, ce n’est pas du génie, non mademoiselle, mais la bêtise qui se réveille endormie par l’amour. Ainsi nos choix sont toujours les mauvais et nous avons finis par en rire. Certes je ne défends pas ton garçon, l’enfoiré d’homme! son parcours aurait pu être exemplaire, honorable, mais il a commis une erreur de débutant: on ne fait pas pleurer les filles, pas quand elles ont des yeux pareils. “


Aucun commentaire: